Vous êtes ici : DESIGNMOTEUR » Media » Le moteur de la Formule 1 peut être une œuvre d’art : le RS27 sublimé – MAJ 2015 – Photos expo

Le moteur de la Formule 1 peut être une œuvre d’art : le RS27 sublimé – MAJ 2015 – Photos expo


Imaginez le moteur de F1, les fameux V8, ceux que l’on a connu, plus par le son que par la vue, à TV. Imaginez alors qu’une artiste dispose d’un accès sans précédent au domaine confidentiel de l’ingénierie en Formule 1. Angela Palmer, l’artiste, sculptrice-volumiste de renom, présente une formidable collection de sculptures que nous pouvons découvrir dans le cadre de son exposition personnelle intitulée ‘Adrenalin’, exposé à la ‘Fine Art Society’, célèbre galerie d’art à Londres. MAJ 14/01/2015 Vidéo et photos de l’exposition Adrenalin, ajoutés en fin d’article.

L’artiste avec le team Renault Sport F1

En partenariat avec Renault Sport F1, avec les ingénieurs de la maison Viry-Châtillon, Angela Palmer, a entièrement démonté le moteur le plus titré de l’Histoire de la Formule 1, dénommé le RS27.

Le RS27 !?

Le RS27, est le bloc moteur V8, apparu en course lors de la saison 2006. Il propulsa la F1 de Fernando Alonso qui fut Champion du monde, avant d’emmener Sebastian Vettel à remporter ses quatre titres consécutifs, de 2009 à 2013.

Monoplace F1 - RS 27 ENGINE - CREDIT : Lionel Schwenke / Keystone Creation

Monoplace F1 – RS 27 ENGINE – CREDIT : Lionel Schwenke / Keystone Creation

F1 - RS 27 ENGINE - CREDIT : Lionel Schwenke / Keystone Creation

F1 – RS 27 ENGINE – CREDIT : Lionel Schwenke / Keystone Creation

F1 V8 - RS 27 ENGINE - CREDIT : Lionel Schwenke / Keystone Creation

F1 V8 – RS 27 ENGINE – CREDIT : Lionel Schwenke / Keystone Creation

P.-S. : Ce ne sont pas les images de l’exposition Adrenalin.
Photos de l’exposition Adrenalin, ajoutés en fin d’article.

RS27 Engine on the dyno – Renault Sport F1

Le moteur RS-27 sur le banc à Viry-Châtillon, pour les derniers tests d’endurance avant le début de la saison. 4 heures de préparation résumées en 1 minute !

Pour vérifier si le moteur est capable de supporter les mauvais traitements de plusieurs Grand Prix, les ingénieurs et mécaniciens motoristes de Renault Sport F1 réalisent des tests d’endurance où le moteur va reproduire les mêmes accélérations, freinages et changements de régime que pendant une course réelle de la saison précédente.

Dans la vidéo, le RS27-2011 va être mis en place pour « rejouer » une version à jour des tours de qualifications de Fernando Alonso à Monza en 2009, afin d’analyser son comportement dans ces conditions extrêmes.

Pour reproduire les contraintes d’une course, le moteur est installé sur ses supports, relié à une ligne de transmission, et est alimenté en eau, en air, en huile, en électricité et en carburant. Également, des données électroniques sont aussi transmises au moteur afin de reproduire les commandes volant du pilote: changement de vitesse, modification du mélange air / carburant … Une soufflerie simule la vitesse de l’air lors du déplacement de la voiture sur la piste.

Sur un banc d’essai moteur conçu spécialement pour tester des moteurs de la puissance de ceux de F1, tous les paramètres de fonctionnement du RS27-2011 sont analysés : pressions, régimes (jusqu’à 18 000 tours minute) richesse des gaz d’échappement…

Ces tests se déroulent dans une cellule avec une isolation phonique haute-performance et sur une dalle conçue pour atténuer les vibrations. La chaleur est évacuée tout au long des essais, en effet la température des échappements, à la fin de la vidéo, peut atteindre plus de 900°C!

Video – Tribute to Renault F1 Engines


Video via Racing Heritage sur YouTube

Le moteur de F1 V8 RS27 vue par l’artiste, expo Adrenalin

Pour le projet d’Angela Palmer, les ingénieurs Renault ont fourni à l’artiste les croquis issus de la Conception Assistée par Ordinateur (CAO), ainsi que des pièces uniques du moteur.

Afin d’éviter toute tentative d’espionnage industriel, bien entendu ce genre d’équipement est confiné au secret le plus total. Cependant, la réglementation technique a été profondément remaniée, fin 2013 début 2014, introduisant, remplaça les V8 par des Power Unit : groupes propulseurs hybrides, associé à un moteur V6 turbocompressé, à des systèmes de récupération d’énergie sophistiqués.

Renault a ainsi saisi cette occasion unique qui lui était offerte de révéler à Angela Palmer des données jusqu’alors tenues confidentielles.

La sculptrice commença à s’intéresser aux moteurs lorsqu’elle prit conscience que, sur les quelques deux milliards de personnes qui conduisent dans le monde, seule une minorité a une idée précise des activités sous le capot d’une voiture.

« Sans même évoquer sa fonction, combien d’entre nous savent à quoi ressemble un vilebrequin ? Je souhaitais éplucher cette couche mystérieuse et dévoiler ce fantastique élément d’ingénierie qui donne vie à ce cœur mécanique. Cet organe qui bat si près de nous au quotidien. J’ai voulu changer de perspective, m’éloigner du mécanisme et de la fonction pour me concentrer sur la puissance visuelle de la forme et du matériau. » - Angela Palmer

L’artiste débuta ses recherches en commandant en ligne un moteur en plastique à assembler soi-même. Elle acquit ensuite un bloc de Datsun Cherry à la casse automobile de son quartier, puis consacra les semaines suivantes à le démanteler pour examiner le potentiel sculptural de chaque pièce.

Quelques mois plus tard, Angela Palmer rencontra le Président de Renault Sport F1 au siège du constructeur français, à Viry-Châtillon, en région parisienne. Elle eut alors le privilège de travailler sur le V8. Accessoirement, c’est le moteur à combustion interne le plus sophistiqué au monde. Angela Palmer a pu y découvrir la précision incroyable requise pour la construction d’un tel moteur. Selon elle, passer une journée aux côtés de l’équipe Renault Sport F1 ressemblait plus « à une plongée au cœur d’un laboratoire de neurosciences que d’une usine ».

« Chaque élément résulte d’un travail d’ingénierie époustouflant, chaque pièce est numérotée, gravée, et peaufinée à l’extrême. » - Angela Palmer

Ayant recours à une multitude de matériaux, l’artiste les a sélectionnés en fonction du langage sculptural de chaque composant du moteur. Angela Palmer a radicalement transformé et sublimé les composants du V8 en utilisant des matériaux aussi variés et étonnants que le bois de noyer, ou bien la pierre et le bronze de Portland.

Palmer a par exemple reproduit le vilebrequin du V8 sous la forme d’un « totem » culminant à près de 2,15 mètres, tandis que l’un des petits pignons lui a inspiré une colonne en pierre de Portland, haute de 1,20 mètre.

Fascinée par l’aspect « intestinal » des systèmes d’échappement, elle en a créé une version deux fois plus grande en utilisant du bois de noyer pour le côté droit et de l’écorce rouge orangée, sur le flanc gauche, qui rappelle la couleur des échappements en action. À pleine charge, les tubulures atteignent en effet 1000°C en l’espace de cinq secondes.

Palmer a également réalisé une version en verre, à l’échelle 1, du bloc V8. Elle a pour cela dessiné des coupes transversales du moteur sur plusieurs feuilles de verre, présentées sous forme de lamelles. Le propulseur semble ainsi « flotter » dans l’espace du cadre de l’œuvre.

Les œuvres de l’artiste pourront être admirées au côté du véritable moteur V8, exposé, pendant toute la durée de l’exposition, à la « Fine Art Society », célèbre galerie d’art à Londres.

Ann Hindry, la conservatrice de la célèbre collection d’art de Renault, a déclarer :

« Le travail de Palmer symbolise parfaitement ce que le constructeur français avait toujours cherché à établir dans sa longue relation avec l’art : le partage de la connaissance et de la créativité. »

Un moteur V8 mais que.

Au cours de son projet, l’artiste s’est également piquée d’intérêt pour le tracé des circuits qui accueillent la Formule 1 à travers le monde.

« Si on les observe de manière abstraite, on y décèle un lien certain avec la calligraphie orientale. » - Angela Palmer

En utilisant des néons muraux, elle a ainsi reproduit tout un ensemble de circuits, parmi lesquels Monaco, Spa-Francorchamps, Singapour, Interlagos, et Shanghai.

Angela Palmer a en outre emprunté le casque d’un pilote de F1, porté l’an passé, afin de le mouler avec du verre de cristal au plomb.

Adrenalin

Le nom de l’expo Adrenalin !? Serait-ce un jeu de mot et fait-il référence à Adrenaline, au World Series by Renault !?
Extrait de Les animations du Village Renault – R.S. is Adrenaline :

« Au cœur du Village Renault, la structure R.S. is Adrenaline symbolise l’expertise de Renault Sport en passion automobile en incarnant le lien étroit entre les voitures de série et leur évolution sportive. Espace dédié à la Mégane, cette exposition présente une Mégane R.S. de série et sa dérivée utilisée en compétition, Mégane Trophy. »
« Dans le cadre du Challenge Renault Sport proposé sur les meetings des World Series by Renault, R.S. is Adrenaline est l’un des défis proposés dans le Village. » – Renault Sport

Bonus – Ann Hindry, collection Renault

Ann Hindry, historienne de l’art et critique d’art, conservateur de la Collection d’Art moderne de Renault, explique la genèse du fonds Renault d’art moderne, pour ArtAujourdhui. Extrait :

Que contient la collection ?
Ann Hindry. : « Environ trois cents œuvres. Il y a notamment une cinquantaine de Dubuffet, ce qui en fait la plus grande collection privée de l’artiste. L’entreprise était très sensible aux artistes qui s’intéressaient au monde de l’industrie. Il y a donc de nombreuses accumulations d’Arman, composées à partir de pièces de moteurs – culasses ou pompes à eau -, dont on trouve d’autres exemplaires dans les grands musées du monde. Il y a aussi des Soto, des Dewasne, des Le Parc, des Erró, des Vasarely. A ce propos, on peut rappeler que le logo de Renault a été dessiné par Yvaral, le fils de Vasarely. On trouve aussi des ensembles plus curieux, comme ces tableaux de Henri Michaux. »

Je vous invite à lire le début et la suite de l’interview sur ArtAujourdhui : Ann Hindry, collection Renault

La collection d’art moderne de Renault, constituée entre 1967 et 1985, est riche de quelque 300 œuvres d’une trentaine d’artistes majeurs : Arman, Dubuffet, Tinguely, Vasarely… Des visionnaires qui, à la fin des années 1960, ont renouvelé la place de l’art dans une société modernisée. Cette période d’effervescence technique, culturelle et sociale est propice au rapprochement de deux mondes pourtant éloignés : l’art et l’industrie.

La collection Renault est très singulière dans son approche. Distincte du mécénat classique, elle ne vise pas l’achat d’objets d’art déjà achevés. La démarche, développée de 1967 à 1985, est à la fois plus ambitieuse et pragmatique : œuvrer pour une collaboration active entre des artistes précurseurs et Renault, alors locomotive industrielle d’une France en pleine transformation.

Je vous invite à lire la page dédié à la collection d’art moderne de Renault sur le site officiel du Groupe Renault.

MAJ 14/01/2015

Angela Palmer’s exhibition ‘Adrenalin’, artwork inspired by Formula One

Artist Angela Palmer was given unprecedented access to the highly secretive world of Formula One engineering to realise the extraordinary collection of sculptures for this show. In collaboration with Renault Sport F1, the artist deconstructed the world’s most successful F1 engine, the RS27, with the help of their pioneering engineers at their F1 laboratories in Paris. The V8 RS27 engine powered Sebastian Vettel to four consecutive world championships from 2010 to 2013.
The exhibition also featured a sound collaboration with Nick Mason of Pink Floyd of iconic V8 engine sounds spanning almost a century.
This video encapsulates the exhibition at The Fine Art Society, New Bond Street, London.

‘Adrenalin’ – revue de tweet/photos

‘Adrenalin’ – des photos du V8 F1 artistique

Angela Palmer - Adrenalin - V8 Engine, Ink drawing on 25 sheets of Mirogard glass, 75 x 119 x 72 cm (expo)

Angela Palmer – Adrenalin – V8 Engine, Ink drawing on 25 sheets of Mirogard glass, 75 x 119 x 72 cm (expo)

Angela Palmer - Adrenalin - V8 Engine, Ink drawing on 25 sheets of Mirogard glass, 75 x 119 x 72 cm (expo, vue de face)

Angela Palmer – Adrenalin – V8 Engine, Ink drawing on 25 sheets of Mirogard glass, 75 x 119 x 72 cm (expo, vue de face)

Bonus – RS27 Engine on the dyno – Renault Sport F1

Le moteur RS-27 sur le banc à Viry-Châtillon, pour les derniers tests d’endurance avant le début de la saison. 4 heures de préparation résumées en 1 minute !

Pour vérifier si le moteur est capable de supporter les mauvais traitements de plusieurs Grand Prix, les ingénieurs et mécaniciens motoristes de Renault Sport F1 réalisent des tests d’endurance où le moteur va reproduire les mêmes accélérations, freinages et changements de régime que pendant une course réelle de la saison précédente.

Dans la vidéo, le RS27-2011 va être mis en place pour « rejouer » une version à jour des tours de qualifications de Fernando Alonso à Monza en 2009, afin d’analyser son comportement dans ces conditions extrêmes.

Pour reproduire les contraintes d’une course, le moteur est installé sur ses supports, relié à une ligne de transmission, et est alimenté en eau, en air, en huile, en électricité et en carburant. Également, des données électroniques sont aussi transmises au moteur afin de reproduire les commandes volant du pilote: changement de vitesse, modification du mélange air / carburant …
Une soufflerie simule la vitesse de l’air lors du déplacement de la voiture sur la piste.

Sur un banc d’essai moteur conçu spécialement pour tester des moteurs de la puissance de ceux de F1, tous les paramètres de fonctionnement du RS27-2011 sont analysés : pressions, régimes (jusqu’à 18 000 tours minute) richesse des gaz d’échappement…

Ces tests se déroulent dans une cellule avec une isolation phonique haute-performance et sur une dalle conçue pour atténuer les vibrations. La chaleur est évacuée tout au long des essais, en effet la température des échappements, à la fin de la vidéo, peut atteindre plus de 900°C!

Source et images :
Fine Art Society London

Driven Gear, bronze, image by Todd-White Art Photography

Images Renault Sport : RS 27 ENGINE – CREDIT : Lionel Schwenke / Keystone Creation
P.-S. : Ce ne sont pas les images de l’exposition Adrenalin.

Source FR : Un moteur de F1 est aussi une œuvre d’art, Motorsport.nextgen-auto.com

Source EN : Adrenalin Exhibition by Artist Angela Palmer, Rennsport Review

MAJ 14/01/2015
Photos de l’exposition Adrenalin, CREDIT : Angela Palmer
A UNIQUE EXPLORATION OF A FORMULA ONE ENGINE
SOLO SHOW BY ANGELA PALMER
IN COLLABORATION WITH RENAULT SPORT F1
NOVEMBER 19 – DECEMBER 23, 2014
THE FINE ART SOCIETY

The following two tabs change content below.

Ewen LJ

Team Principal - Fondateur du concept-site superblog DESIGNMOTEUR. Web designer, entrepreneur, passionné par le web, la photographie entre autres et les voitures... depuis toujours soit depuis +25 ans. Depuis octobre 2012, J’écris quelques mots en tant que passionné de l’automobile, de la moto et des sports mécaniques, en axant mes sujets sur le design automobile, la motorisation du véhicule, la communication visuelle des constructeurs, le marketing de la marque, sur l'Économie de l'industrie automobile et sur d'autres thèmes tels que la Mode, l'Art, le Cinéma, le Jeu Vidéo et ses relations avec l'Automobile.

Quelques questions à propos du site pour connaitre vos avis :

Sondage DM été 2016


Comments are closed.