Vous êtes ici : DESIGNMOTEUR » Auto » Alpine 60 ans d’histoire : 1955 aux Alpes, l’A110. 2015, la Vision GT, l’Alpine 2016 via Renault

Alpine 60 ans d’histoire : 1955 aux Alpes, l’A110. 2015, la Vision GT, l’Alpine 2016 via Renault


Alpine est une société française créée à Dieppe, France, en 1955 par Jean Rédélé, à l’époque concessionnaire Renault, spécialisé dans le secteur des automobiles sportives. En 2015, en ce 27 janvier, Renault s’apprête à présenter la nouvelle Alpine, au Festival International de l’Automobile, lors de l’expo Concept Cars. Avant de voir la prochaine Alpine, (re)découvrons les 60 ans d’histoire du constructeur Alpine : de 1955 à 2015 : les début aux Alpes, la 4CV de Rédélé, l’A106, l’108, l’A110, l’arrivée du Groupe Renault, la renaissance de Alpine au Mans 2012 avec Prototype Nissan LMP2, et enfin découvrons l’Alpine Renault 2016. MAJ 07/05/2015 : Renault donne le feu vert définitif à Alpine, met 600 millions pour relancer la marque et présentera un concept lors des 24h du Mans, le 13 et 14 juin, le détail de l’info en fin d’article. MAJ 13/06/2015 : Jour-J : Alpine Celebration Concept, la révélation sur le circuit 24 Heures du Mans +live #AlpineCelebration

Aux origines du projet Alpine

Jean Rédélé, né en 1922 à Dieppe, passe son enfance à Dieppe et grandi dans le garage automobile familial que tient son père, lui aussi passionné par la compétition et les automobiles sportives. Jean Rédélé, diplômé de HEC et plus jeune concessionnaire Renault de France, à Dieppe, commence dans un premier temps à disputer le rallye Dieppe-Rouen avec une Renault 4CV, déclarant qu’elle a un potentiel sportif non négligeable. Cette première course se fini par une première victoire qui l’encouragea à continuer. En 1952, il participe aux Mille Miglia *, toujours sur 4CV, remportant sa catégorie.

* Les Mille Miglia (ou Mille Miles) était l’une des courses automobiles les plus célèbres au monde. Disputée en Italie et sur route ouverte, elle attira les plus grands pilotes et les marques les plus prestigieuses.

Après un fastidieux rallye du Monte-Carlo et une première victoire ratée, il s’engage à disputer une compétition dans les Alpes. En 1954, il remporte, en autres, une coupe au Critérium des Alpes et le Liège-Rome-Liège. C’est ainsi qu’il parcourt, sur les pistes sinueuses et entrelacées des Alpes, ses meilleures courses.

Après plusieurs victoires, Jean Rédélé crée la société anonyme des automobiles Alpine en 1955 en référence à ses succès sur les routes alpines.

« J’ai choisi le nom Alpine pour ma firme, car cet adjectif représente pour moi le plaisir de conduire sur les routes de montagne. C’est en sillonnant les Alpes avec ma 4CV à boite 5 que je me suis le plus amusé. Cette conduite passionnante, il fallait que mes clients la retrouvent au volant de la voiture que je voulais construire. Alpine est un nom qui sonne bien, c’est également un symbole. » - Jean Rédélé, pilote et fondateur de Alpine

Alpine et les Alpine A106, A108 et A110

Alpine A106

Tout a démarré avec un petit coupé qui reposait sur une modeste base de 4CV. Le coach 106 est né. Le numéro est une référence à la mécanique des 4CV de la série 1060. L’Alpine A106 est la première Alpine de série, conçue par Chappe et Gessalin pour Jean Rédélé sur la base de la Renault 4 CV. Il y eut plusieurs A106, le coach (à phares droits puis à phares reculés) et le cabriolet à partir du Salon de Paris 1957.

Alpine A108

En 1960, le coach A106 laisse place au type A108. La carrosserie du coach est conservée, le moteur de la 4 CV est remplacé par celui de la Dauphine Gordini.

L’A108 joue un rôle important dans l’histoire d’Alpine car c’est sous cette forme que va naître la berlinette. Au Tour de France automobile de 1960, Jean Rédélé aligne deux berlinettes A108 (le modèle de série prendra d’ailleurs le nom de berlinette « Tour de France » jusqu’en 1969).

Alpine A110

En 1962, l’Alpine A110 est présentée au salon de Paris un frêle coupé en plastique de deux places. Désormais, son choix technique est celui de la légèreté validé par la victoire du prototype M64 aux 24 Heures du Mans 1964 avec un petit moteur de 1 150 cm³.

L’Alpine A110, présentée en 1962 au Salon de Paris, est une évolution de l’A108. Si l’A108 était conçue à partir de la Renault Dauphine, l’A110 utilise des pièces de Renault 8. La berlinette se présente comme la version fermée du cabriolet, cependant l’avant à phares englobés est nouveau. L’A110 bénéficie toujours d’un châssis-poutre en acier avec une carrosserie en fibre de verre-polyester et d’un moteur en porte à faux arrière. La principale différence avec l’A108 est l’arrière agrandi pour pouvoir accueillir le nouveau moteur quatre cylindres Renault à cinq paliers, ceci lui donnant un style plus effilé. Comme l’A108, l’A110 est disponible en berlinette « Tour de France » et en cabriolet. La nouvelle carrosserie du coupé 2+2 (2 places +2) GT4 est fabriquée par Chappe et Gessalin.

La voiture a construit sa renommée internationale grâce à la compétition. Elle remporte tous les rallyes nationaux et énormément de victoires, sacrant plusieurs champions de France à son volant. Sa carrière internationale commence à la fin des années 1960 et se poursuit au début des années 1970 dans le nouveau championnat international de constructeurs en rallye. Gagnant la majorité des épreuves en Europe, elle est la voiture de rallye la plus performante en 1971.

La fameuse A 110, est devenue la voiture sportive française par excellence, délicate à piloter, exiguë, médiocrement fabriquée, mais d’une légèreté et d’une agilité phénoménales.

Alpine et Renault

En 1965, Alpine s’associe à Renault et dès 1966, les voitures sont distribuées par le réseau de la régie. Cependant les exigences accrues des clients et les contraintes sécuritaires pèsent de plus en plus sur l’entreprise qui reste artisanale.

En 1971, elle remporte son premier titre de champion d’Europe des constructeurs en rallye. En 1973, Alpine est sacrée comme premier constructeur champion du monde des rallyes avec 155 points devant Fiat (89 points) et Ford (76 points).

Alpine et le Groupe Renault

En 1972, une grève paralyse l’entreprise et en 1973 Renault prend une participation majoritaire dans Alpine. Jean Rédelé, qui ne se sent alors plus seul maître à bord, quitte l’entreprise en 1978, obtenant la promesse de Renault de conserver les emplois sur le site de l’entreprise pendant quinze ans.

Très rapidement, l’A110 profite des moteurs améliorés de la R8 Major et de la R8 Gordini. Elle commence alors à acquérir un palmarès sportif qui sera extraordinaire.

En 1973, après le rachat complet d’Alpine par Renault, le championnat international est remplacé par un nouveau championnat du monde des rallyes pour constructeurs. Renault décide d’y participer avec l’A110 et avec une équipe comprenant les pilotes Jean-Luc Thérier, Jean-Claude Andruet, Bernard Darniche et Jean-Pierre Nicolas.

L’A110 1800 Groupe IV gagne six des treize courses inscrites au programme mondial faisant d’Alpine le premier champion du monde des rallyes. Ses quatre pilotes vainqueurs d’épreuves sont alors surnommés par les anglo-saxons « Les mousquetaires d’Alpine-Renault ».

Après avoir gagné beaucoup de rallyes en France et à l’étranger avec le « moteur Cléon-Fonte » de la R8 Gordini 1 108 cm3 et 1 265 cm3, elle sera équipée à partir des modèles 1969 du « moteur Cléon-Alu » de la Renault 16 TS. Avec deux carburateurs double corps Weber 45, il délivre jusqu’à 125 ch DIN** permettant à l’A110 1600 S d’atteindre une vitesse de 205 km/h.

** En Europe, la norme a été établie par le Deutsches Institut für Normung (Institut allemand de normalisation, fondé en 1917 à Berlin) plus connu sous son sigle DIN. Il s’agit de la norme DIN 70020 (le cheval-vapeur allemand s’appelle Pferdestärke, et son symbole est PS). La puissance est mesurée à l’embrayage, avec le moteur de série équipé de tous ses accessoires, de ses échappements.

Alpine et Renault Sport

En 2000, création de l’unité Renault Sport Technologies, regroupant Alpine avec tout Renault Sport, excepté Renault F1 Team.

L’usine de Dieppe est orientée par Renault afin d’y assembler la gamme Renault Sport et ainsi ne pas stopper toute activité.

En janvier 2006, Renault annonce de ressusciter la marque Alpine, Carlos Ghosn voulant développer les véhicules haut de gamme du groupe.

Le 25 mai 2012, un nouveau concept car Renault Alpine est présenté sur le circuit du Grand Prix de Monaco de Formule 1 par Carlos Tavares (alors directeur général délégué aux opérations de Renault), en présence d’Alain Prost, et de Jean Ragnotti.

Le prototype présenté, nommé A110-50 en commémoration des 50 ans de l’emblématique Berlinette Alpine A110, reprend le design de la Renault DeZir mais affiche un look plus sportif en reprenant quelques codes Alpine (projecteurs additionnels, grands passages de roues, lunette arrière tridimensionnelle, pompe tronquée). Les ingénieurs ont utilisé le V6 de 3,5 litres de la Mégane Trophy développant 400 ch, le châssis est tubulaire et la coque est en carbone.

Alpine et Renault et Caterham

Le 5 novembre 2012, Renault annonce le retour en production d’une Alpine pour 2016. Carlos Ghosn et Tony Fernandes, propriétaire de Caterham et de l’équipe de Formule 1 Caterham F1 Team, confirment lors d’une conférence de presse le retour d’Alpine en partenariat avec Caterham qui entre à 50 % dans la Société des automobiles Alpine Renault, rebaptisée « Société des automobiles Alpine Caterham » pour l’occasion.

50 ans d’Alpine

Pour les 50 ans d’Alpine, Renault avait offert, cet été, un concept-car baptisé Renault Alpine A110-50
En vidéo :

Le film Renault Alpine A110-50


L’Alpine A110-50 avec Jean Ragnotti (pilote de rallye français)

le making of


Le making of du film L’Alpine A110-50 avec Jean Ragnotti.

Alpine et Renault et Caterham

Le 26 mars 2014, la fin du partenariat entre Renault et Caterham est officialisée, sans que cela ne remette en cause le projet d’une nouvelle voiture pour 2016.

Renault décide d’engager la marque aux 24 Heures du Mans et en European Le Mans Series (ELMS) dès la saison 2013, dans la catégorie LMP2. L’Oreca 03-Nissan de l’équipe engagée au Mans est rebadgée Alpine.

En compétition, l’engagement de l’Alpine A450 a été récompensé par deux titres de Champion d’Europe consécutifs en 2013 et 2014 et un podium LM P2 aux 24 Heures du Mans.

Alpine et Renault sans Caterham

Renault annonce officiellement qu’il reprend les 50% du constructeur britannique dans la Société des automobiles Alpine Caterham. La future Alpine sera donc 100% Renault. Elle est prévue pour 2016.

Renault annonce le 10 juin 2014 avoir :

« porté à 100% sa part dans la Société des automobiles Alpine Caterham, en rachetant la participation du groupe Caterham ». Renault poursuivra donc « seul le développement de son propre véhicule Alpine pour un lancement commercial en 2016, tel que prévu initialement » - Renault

La future sportive de Renault, qui doit ressusciter la marque Alpine, « combine un avant inspiré de la célèbre berlinette et un arrière d’Aston Martin », raconte un de ces privilégiés à qui la maquette a été présentée. Cette Alpine doit en fait ressembler à la fameuse berlinette A 110 – la mythique voiture des années 60 et début 70 – avait indiqué il y a quelque temps, le patron du design de Renault, Laurens van den Acker.

Renault et Alpine en 2015

Alpine : les 60 ans à Rétromobile

Renault célèbre les 60 ans de Alpine du 4 au 6 Février 2015, à Paris Expo Porte de Versailles pour la 40e édition de Rétromobile.

Alpine : le future par Renault

Renault avec Alpine a signé un accord avec le studio du jeux vidéo Gran Turismo 6 pour faire un concept-car exclusivement pour le jeux. Aucune date n’a été communiquer jusqu’au 23 Janvier 2015 ou l’ont a appris à 10h que le modèle sortirait le 27 Janvier 2015. On peut donc s’attendre à la voir à l’event de la meme date : le Festival Automobile International. Lire la suite : Festival automobile international 2015 – Expo Concept Cars – Renault Alpine Vision GT Concept

Alpine Vision Gran Turismo

Le mode Vision Gran Turismo, créé au lancement de GT6 pour fêter les 15 ans de la saga du jeu vidéo de Kazunori Yamauchi, dévoile très progressivement ses concept-cars spéciaux depuis la fin 2013.

Le 12ème sur le 18 initialement prévus, est celui de Renault Alpine : Alpine Vision GT.

Lire : Vision Gran Turismo : le projet visionnaire de Kaz ! L’industrie automobile et l’industrie du jeu vidéo ensemble !

MAJ 27/01/2015 :

Kazunori Yamauchi, le créateur du jeu vidéo Gran Turismo et Président du Studio Polyphony Digital, était présent à Paris ce soir pour présenter sur cette Alpine futuriste. Antony Villain, Directeur du Design chez Alpine à accompagné Kazunori Yamauchi lors de cette présentation.

Revue de tweets avec photos

MAJ 28/01/2015 :

Alpine Vision Gran Turismo – Genèse


Meet Alpine Vision Gran Turismo, an outstanding model which turns a page in Alpine’s history. Find this concept in Gran Turismo 6 very soon.

Présentée en préambule des célébrations du soixantième anniversaire de la marque, Alpine Vision Gran Turismo est un nouveau chapitre de cette renaissance. Lorsque l’équipe de Polyphony Digital Inc a proposé en juillet 2013 de relever ce défi de créer une nouvelle voiture virtuelle, les équipes d’Alpine se sont investies avec enthousiasme et passion, mais aussi avec la même rigueur que pour le futur modèle de production.

« Nos designers et ingénieurs se sont impliqués dans ce projet pour imaginer un véhicule véritablement fidèle à l’ADN de la marque que nous représentons. Au premier coup d’œil, les gènes d’Alpine sont visibles dans le style. Au volant – ou à la manette PlayStation Dual Shock – le comportement est à l’avenant, avec cette légèreté et cette agilité qui ont fait la légende des créations de Jean Rédélé. »


« Alpine Vision Gran Turismo est au croisement entre le passé, le présent et le futur, à la frontière entre la compétition et la série. Elle est aussi un trait d’union entre le virtuel et le réel : la voiture était si belle sur les écrans que nous n’avons pas pu nous empêcher d’en produire un exemplaire à l’échelle 1 ! Rendez-vous dédié à l’esthétisme, le Festival Automobile International constituait le cadre idéal pour la révélation du premier objet physique depuis la relance d’Alpine. Prenez plaisir à l’admirer, et amusez-vous bien avec notre dernière création sur le jeu Gran Turismo 6. » - Bernard Ollivier, PDG de la Société des Automobiles Alpine

Alpine Vision GT

Le modèle est exposé au Festival Automobile International de Paris, et met l’accent sur l’esthétique.

Le design de l’Alpine Vision GT

Comme l’explique Bernard Ollivier, PDG de la Société des Automobiles Alpine, cette voiture franchira les frontières du monde virtuel :

« Le résultat final était tellement éblouissant que nous n’avons pas pu résister à la tentation d’en fabriquer un modèle grandeur nature ! »


« Les concepteurs et ingénieurs du projet eurent pour objectif de créer une voiture qui incarne l’esprit de la marque. On voit tout de suite que c’est une Alpine à son style, et ses performances ne seront pas en reste. Le projet Vision Gran Turismo fut considéré comme le cadre idéal pour le premier rendu « réel » d’une voiture depuis l’annonce du grand retour d’Alpine. »
- Bernard Ollivier, CEO Alpine

En 2013, le créateur de Gran Turismo, Kazunori Yamauchi et son équipe de Polyphony Digital Inc. sont passés au studio d’Alpine pour discuter du projet. 2013 marque en réalité le retour de la marque Alpine aux affaires, avec la production de sa première voiture qui sera présentée au public en 2016. Mais le projet offrait également l’occasion séduisante d’explorer de nouvelles idées créatives, sans aucune contrainte liée à la production.

Une compétition interne fut organisée, avec environ 15 concepts, et remportée par le projet de Victor Sfiazo : une voiture barquette légère, agile et correspondant au programme de course du Mans A450 de la marque.

« C’est une vraie voiture de sport combinant passion de l’auto et plaisir de conduite. Les références au passé, au présent et au futur y sont nombreuses. L’idée de la barquette a surgi suite à la participation de l’Alpine A450 aux 24 Heures du Mans, mais son avant s’inspire de l’A110 ; ses ailerons verticaux arrière rappellent les modèles A210 et A220 tout en rehaussant le style de la voiture. Étant moi-même fan d’aéronautique, j’ai également souhaité intégrer certains éléments du monde de l’aviation. Les aérofreins ajoutent ainsi une touche high-tech à l’arrière. » - Victor Sfiazo, designer

Alpine Vision GT - sketch

Alpine Vision GT – sketch

Très vite, l’idée d’un véhicule caractérisé par sa légèreté et son agilité fait l’unanimité. Il s’agira d’une voiture typée ‘barquette’, dans le prolongement de l’engagement en compétition avec l’A450 (Le Mans 2013-2014).

Antony Villain, directeur de conception chez Alpine, ajoute :

« Ce design devait contribuer à la sensation de légèreté de la voiture et donner au pilote la sensation de faire corps avec sa machine. L’Alpine Vision Gran Turismo bénéficie de l’agilité qui a été la fierté de la marque et une élégance née de son efficacité et de son ingéniosité. Nous avons même profité de cet exercice pour dissimuler quelques subtils détails s’inspirant directement de la prochaine Alpine, prévue pour 2016. Mais je ne peux rien dire de plus à ce sujet… » - Antony Villain, Alpine design director

L’Alpine Vision Gran Turismo a beau être une machine virtuelle, elle n’en était pas moins tenue d’adopter une dynamique et une tenue de route dignes de ses illustres prédécesseurs.

Terry Baillon, ingénieur en charge de la simulation et du développement du châssis pour le prochain modèle routier, a participé à son développement et explique qu’il a particulièrement apprécié de collaborer avec Polyphony Digital Inc. :

« Les avantages étaient bien réels. » « Je pense que les collaborations de ce genre vous se multiplier, à l’avenir. Si nous mettons en corrélation les informations que nous récoltons à la fois de Gran Turismo et du véhicule réel, de nouveaux développements deviendront possibles. Nous avons pour objectif de réaliser une voiture à la dynamique au moins équivalente à celles que nous avons déjà conçues. Si tout est parfaitement modélisé, nous pouvons même continuer à améliorer la voiture et la comparer à d’autres modèles ! » - Terry Baillon, ingénieur chez Alpine

Le design extérieur de l’Alpine Vision GT

La découverte commence avec la face avant évoquant l’A110. Le capot plongeant en forme de V est rehaussé d’une nervure qui court sur l’axe de symétrie de la voiture. Autre clin d’œil aux années 60, les feux à LED – en forme de X – rappellent les croix de chatterton noir qui protégeaient les phares additionnels des Berlinette de rallye.

Alpine Vision GT - face avant

Alpine Vision GT – face avant

Ces références au passé s’harmonisent avec un aérodynamisme très actuel : un splitter dirige le flux d’air de chaque côté de la coque, dévoilant ainsi les triangles de suspension. Le capot est ajouré pour laisser apparaître les combinés ressort amortisseurs orange, positionnés horizontalement sur le dessus du châssis.

Alpine Vision GT et l'A110 - image GT6

Alpine Vision GT et l’A110 – image GT6

Su le profil, De larges prises d’air canalisent le flux débouchant derrière les roues avant. Elles soulignent la forme resserrée de la coque. Participant à l’harmonie générale, les longues dérives latérales arrière évoquent, de leur côté, les A210 et A220 ayant brillé aux 24 Heures du Mans (victoire à l’indice énergétique en 1966).

Les roues illustrent à elles seules le mélange assumé entre le passé et le présent. Le design des jantes, inspiré de celles ayant équipées les A110, est suffisamment ajouré pour laisser apparaître les impressionnants étriers de freins, peints en orange ou bleu selon les versions (choisis dans GT6).

Alpine Vision GT - jante

Alpine Vision GT – jante

L’attrait de la ligne d’Alpine Vision Gran Turismo provient également de son habitacle ouvert. Le pilote est placé à droite, une architecture typique en sport-prototype dans la mesure où la majorité des circuits – à commencer par Le Mans – tournent dans le sens des aiguilles d’une montre.

Le fond plat débouche avec une forme d’ogive, tandis qu’un aileron inférieur relie les passages de roue à la poupe de la coque. Comme à l’avant, la carrosserie laisse apparaître les doubles triangles de suspension. Intégré avec élégance, un second aileron permet d’augmenter un peu plus l’appui aérodynamique.

Les attributs les plus marquants de l’Alpine Vision Gran Turismo se manifestent au freinage. Intégrés au profil de la queue, des aérofreins actionnés par des vérins hydrauliques se déploient, dévoilant également les feux-stops.

Alpine Vision GT - arrière

Alpine Vision GT – arrière

« Le design devait participer à la sensation de légèreté et donner l’impression au pilote de faire corps avec sa machine. Alpine Vision Gran Turismo porte l’ADN d’Alpine de toutes les époques : l’agilité, l’élégance issue de l’efficience et l’ingéniosité. Nous avons poussé l’exercice jusqu’à dissimuler quelques détails directement inspirés de la future Alpine qui verra le jour en 2016. Mais je ne peux pas en dire plus ! » - Antony Villain, Directeur du design Alpine

Le design intérieure de l’Alpine Vision GT

Alpine Vision GT - intérieur

Alpine Vision GT – intérieur

L’arceau de sécurité est intégré avec élégance, tout comme la prise d’air moteur située sur la partie gauche. Pour se glisser dans le cockpit, une portière en papillon facilite l’accès. Son ouverture dévoile un peu plus le travail effectué sur le design de la coque. Le siège en cuir hérite des célèbres surpiqures Alpine en forme de croisillon, modernisées par un fil bleu. De forme quasi rectangulaire comme sur les prototypes d’Endurance, le volant est surmonté d’un tableau de bord digital. Les rétroviseurs sont remplacés par une caméra haute définition.

Alpine Vision GT - cockpit - image GT6

Alpine Vision GT – cockpit – image GT6

Le moteur de l’Alpine Vision GT

Techniquement, elle est propulsée par un V8 4,5L de 450 ch, en position centrale arrière associé à une boite séquentielle à 7 rapports. Ce V8 de 450 ch. qui fait référence à celui de l’A450 (Le Mans 2013-2014) transporte et propulse le concept-virtual-car à 320 km/h.

Vision Gran Turismo est le projet de Kaz Yamauchi, le président de Polyphony Digital Inc. :

« Enfant, j’avais une grande admiration pour les concept car. C’était de vrais cadeaux laissant présager un avenir radieux. Je ressens encore cet enthousiasme. De nos jours, les constructeurs automobiles ont recours à des technologies qui défient mon imagination. J’espère que ces recherches auront un impact sur nos vies. Je suis très fier qu’Alpine participe avec nous au projet Vision Gran Turismo. C’est une marque pour laquelle j’ai toujours eu de l’affection et j’ai énormément apprécié la qualité des échanges entre nos équipes respectives. La passion commune qui nous anime n’y était pas pour rien dans cette réussite. L’Alpine désormais disponible dans Gran Turismo est le fruit d’une incroyable ferveur partagée. » - ‘Kaz’, Kazunori Yamauchi,
Président de Polyphony Digital Inc. Senior Vice President, Sony Computer Entertainment Inc.

Alpine Vision GT In real Life!

Au fil des échanges, les équipes de Polyphony Digital Inc. intègrent les données du constructeur dans leurs propres outils informatiques. Un peu plus d’un an après le lancement du projet, la configuration d’Alpine Vision Gran Turismo est figée.

« Elle est si belle qu’on voudrait la voir en vrai ! » Cette phrase, prononcée à la cantonade, a été prise au mot par Alpine. Une fois le travail des designers modélisés, l’Alpine Vision Gran Turismo a pris vie hors de l’écran.

Pour la beauté du geste, un ultime défi se profile alors : pourquoi ne pas construire une version physique de cette incroyable création ? Une fois achevé, le travail des maquettistes procure de nouvelles émotions. Atypiques et racées, les lignes d’Alpine Vision Gran Turismo ‘parlent’ à toutes les générations.

Une double coque en matériau composite a été fabriquée pour donner forme à ce concept car qui n’était, finalement, plus aussi virtuel. La carrosserie découvrant largement des composants mécaniques, telles que les suspensions, un important travail était également indispensable pour intégrer ces éléments. De même, la conception du cockpit imposait un soin particulier et l’entrée en action des selliers pour confectionner le siège baquet surpiqué.

À l’échelle 1, Alpine Vision Gran Turismo impressionne en premier lieu par ses proportions inhabituelles. Une fois installé derrière le volant, la visibilité est parfaite, puisqu’aucun élément ne vient bloquer le champ de l’oeil.

La maquette Echelle 1:1 est exposée au Festival Automobile International jusqu’au 1er février. Ensuite, elle sera au Salon Rétromobile 2015 (du 4 au 8 février) à la Porte de Versailles, Paris, où les réjouissances autour du 60e anniversaire d’Alpine commenceront sérieusement.

Alpine A120

Le journal AutoPlus, du 23 janvier, présente une certaine A120 !

MAJ 30/01/2015

Pour conclure cet article ou dossier ;) je vous invite à lire le post, Alpine : dans les secrets du bureau d’études publié sur Industrie-techno.com, une interview de Antony Villain, responsable du design d’Alpine.

Extrait :

Côté motorisation, la future « berlinette » devrait disposer d’un moteur 2L Turbo Renault dont la puissance avoisinerait les 300 ch. Le juste nécessaire pour abattre le 0 à 100 km/h en moins de 5 secondes.

« Par contre, une chose est certaine, la future « berlinette » sera badgée Alpine. Nous cherchons l’indépendance, en proposant aux clients une expérience à travers la marque. D’ailleurs la Vision Gran Turismo est le début de cette expérience, en montrant au plus grand nombre ce qu’est Alpine et sa génétique. » - Antony Villain, responsable du design d’Alpine

Et un article publié par le journal sur l’économie Les Echos :

Alpine cultivera toutefois sa différence avec les deux autres marques du constructeur – et l’image plus familiale de Renault ou plus low cost de Dacia. La future voiture n’arborera ainsi comme logo que le « A fléché » d’Alpine, et non plus le losange de Renault que l’on trouvait sur le capot de l’A110.
Lire la suite : Renault : La nouvelle Alpine de Renault lancée fin 2016 sur Les Echos via Reuters.

MAJ 07/05/2015

Renault met 600 millions pour relancer le mythe Alpine

Le PDG de Renault, « Carlos Ghosn a donné le feu vert » définitif fin avril à la marque Alpine, selon les informations publié par Challenges. Avec un « investissement de 600 millions d’euros » à la clé.

Le futur label sportif de Renault va même présenter le concept de sa future berlinette dans le cadre prestigieux des prochaines 24 Heures du Mans, les 13 et 14 juin prochains. Ce petit coupé sportif évoquant la célèbre berlinette A 110 championne du monde des rallyes dans les années 70 sera fabriqué dans l’usine historique de Dieppe.

MAJ 13/06/2015 : 13h40 :

Jour-J : Alpine Celebration Concept : images HD, sketch, et images aériennes sublime là : Alpine Celebration Concept, la révélation sur le circuit 24 Heures du Mans +live #AlpineCelebration

Renault Alpine Celebration Concept - 2015

Renault Alpine Celebration Concept – 2015

Source et images :
Alpine, Renault, Polyphony Digital, Gran Turismo

Images tweets via @Alpine_Planet

Texte synthèse de Wikipedia :
Alpine (entreprise)
Jean Rédélé
Alpine A106
Alpine A108
Alpine A110

A120 via AutoPlus

The following two tabs change content below.

Ewen LJ

Team Principal - Fondateur du concept-site superblog DESIGNMOTEUR. Web designer, entrepreneur, passionné par le web, la photographie entre autres et les voitures... depuis toujours soit depuis +25 ans. Depuis octobre 2012, J’écris quelques mots en tant que passionné de l’automobile, de la moto et des sports mécaniques, en axant mes sujets sur le design automobile, la motorisation du véhicule, la communication visuelle des constructeurs, le marketing de la marque, sur l'Économie de l'industrie automobile et sur d'autres thèmes tels que la Mode, l'Art, le Cinéma, le Jeu Vidéo et ses relations avec l'Automobile.

Quelques questions à propos du site pour connaitre vos avis :

Sondage DM été 2016


5 Commentaires

  1. SETHalpine

    29/01/2015 à 23:23

    Bel article :)
    Petit point négatif, le dernier titre: « Renault Alpine A120″
    Qu’elle s’appelle A105, A120 ou autre, elle ne s’appellera qu’Alpine, malgré que le propriétaire soit Renault ;)

    • Ewen - Team Principal

      30/01/2015 à 00:27

      Merci pour ce commentaire.
      Ah oui. Tout à fait.
      Je MAJ le post :)

  2. Oui, bel article…
    Mais on parle beaucoup du nouveau concept car et assez peu de l' »A120″…
    On ne parle pas non plus de l’énorme morceau A310, V6 GT, A610 et de toutes ces versions qui ont fait la gloire d’Alpine (et de Renault) : R5 Alpine, R5 turbo, R5 Alpine Turbo, 5 GT,…
    Quand à un coupé de 2 litres turbo 300 ch, on s’éloigne de du concept Jean Rédélé d’une voiture dépouillée avec un carry over maxi pour en diminuer le cout. 50000€ ? Qui sont les acheteurs ? et la compet ? Pourra t-elle rivaliser avec des modèles à 1600 turbo (DS3, mini, polo…)

    • Ewen – Team Principal

      06/02/2015 à 04:03

      Merci.
      Oui c’était volontaire de ne parler en fait que du début de l’histoire d’Alpine avec l’entrepreneur, fondateur et pilote.

      Vous avez tout à fait raison. J’ai préféré mentionner les A106, 108 et A110, donc, puis directement présenter l’histoire de Renault, l’entrée de la Régie… et passer aux ateliers Renault Sport ; pour arriver au sujet de la présentation de l’Alpine créé pour le jeu GT, et qui reprend apparemment des infimes parties du design ou éléments de la future Alpine A120.

      Quant à parler de l’A120, ça restera sans officialisation jusqu’à fin 2015 voire 2016, outre les propos recueillis par la presse qui parle de l’ Alpine A120.

      Après pour tous vous dire, cet article fait écho, après que j’ai publié ces articles :
      (au sens design, designer, industrie auto, pas le jeu en lui même)
      Vision Gran Turismo : le projet visionnaire de Kaz ! L’industrie automobile et l’industrie du jeu vidéo ensemble !
      http://www.designmoteur.com/2015/01/vision-gran-turismo-concept/
      car l’Alpine GT Vision est le 12ème concept pour le jeu Gran Turismo

      et
      Festival Auto International 2015 – Expo Concept Cars – Renault Alpine Vision GT – MAJ – Grand Prix
      http://www.designmoteur.com/2015/01/festival-auto-concept-alpine/

      Enfin, ça m’a aussi permis de découvrir l’origine du nom Alpine. Donc, c’était l’idée de publier un article présentant le départ de la société des automobiles Alpine à l’arrivée de Renault, pour en fait introduire le concept GT Vision, et préparer le futur d’Alpine et l’Alpine A120.

      Pour la seconde partie de votre commentaire, en réponse, je citerai le CEO d’Alpine : « Nous avons des amoureux passionnés de cette marque (…) mais la clientèle d’aujourd’hui, quand elle mettra 50.000 euros minimum pour acheter notre voiture, elle attend des choses modernes en termes de technologie, de qualité, elle n’attend pas du rétro. » via l’article publié par Les Echos.

      Pour le moteur, a priori, ce serai celui de la Clio 4 RS, préparé pour l’A120.

      J’ai presque envie de rajouter, s’il y a aurait eu une Alpine by Caterham, on aurait peut-être eu un concept plus proche d’une « voiture dépouillée avec un carry over maxi ».

  3. Ewen – Team Principal

    06/02/2015 à 04:32

    Je vous invite à lire le dossier – 2 superbes articles – publié par le Team AutomotivPress.fr + complet qu’ici, sur les modèles Alpine, publié à la veille de l’ouverture du salon Retromobile :

Comments are closed.