Vous êtes ici : DESIGNMOTEUR » Sport » Le moteur V6 Power Unit dalla Scuderia Ferrari : del motore nel 2014

Le moteur V6 Power Unit dalla Scuderia Ferrari : del motore nel 2014


Maranello, au 19 Décembre, le moteur que ‘dalla Scuderia Ferrari’ utilisera en 2014 est le 059/3. Découvrez en vidéo un aperçu en trois dimensions du groupe motopropulseur qui sera monté sur la Formule 1 de Maranello. voitures dès l’année prochaine, a été présenté aujourd’hui à un groupe de médias italiens et internationaux, à Maranello pour la réunion de pré-Noël traditionnel avec le Président de Ferrari, Luca di Montezemolo. Retour sur l’architecture du Power Unit Ferrari. Enfin, quelques échanges à Table entre Montezemolo, Ecclestone et Todt, ou respectivement, le « Patron » de Ferrari, le « grand argentier » de la Formule 1, et le « Patron » de de la FIA (mandat renouvelé), sur l’avenir de la Formule 1.

Ciao V8, viva V6 Power Unit!


Ciao V8, viva V6 Power Unit!

« Avec la réglementation 2014, on ne parle plus de moteurs, mais de Power Unit », a expliqué le chef des moteurs Ferrari et de l’électronique, Luca Marmorini . « C’est un projet très complexe et nous avons travaillé sur lui pour les deux dernières années . Il s’agit d’un moteur à combustion interne turbocompressé de 1600 cc (1,6 Litres) et seulement 100 litres de carburant peut être utilisé dans une course*, ce qui signifie que la plus efficace un moteur, plus la puissance qu’elle peut utiliser. »

*NDLA : L’une des mesures les plus significatives en termes de course est l’introduction d’une limite de carburant. Les véhicules seront autorisés à embarquer seulement 100kg d’essence et la consommation maximale devra être de 100 kg/heure, soit une réduction de 40%. (Actuellement, il faut environ 160 à 170 kilos d’essence pour boucler un grand prix.)

« Avec le turbocompresseur, il y aura un moteur électrique, qui sera également agir comme un générateur, ce qui permet la récupération d’énergie à partir des gaz d’échappement. Comme c’était déjà le cas, un deuxième moteur électrique récupérer l’énergie de freinage, mais il sera en mesure de mettre presque le double de la puissance de celui qui est actuellement en cours d’utilisation . Toute l’énergie produite par les moteurs électriques sera stockée dans un pack beaucoup plus grande et plus puissante pile que l’actuel, mais il faudra encore être monté en dessous de la pile à combustible . Le système de commande électronique sera encore plus sophistiqué pour coordonner et gérer tous ces nouveaux appareils électro- mécanique. »

Presentation video du Ferrari power unit


The engine which Scuderia Ferrari will use in 2014 is called the 059/3. A three dimensional preview of the powertrain that will be fitted to the Maranello Formula 1 cars as from next year, was shown today to a select group of Italian and international media, in Maranello for the traditional pre-Christmas meeting with President Montezemolo.

Le moteur V6 power unit Ferrari

Le nouveau moteur V6 turbocompressé de Ferrari s’appelle 059/3 et il a été dévoilé aujourd’hui via une animation en 3D, avec le son réel du moteur, précise la Scuderia.

« N’oublions pas que c’est seulement un moteur d’une cylindrée de 1,6 et que les turbos atténuent légèrement sa musicalité, » explique Luca Marmorini, le responsable du département moteur chez Ferrari. « Il faut encore préciser que le son émis lors de l’enregistrement ne dévoile que 70% de la plénitude du bruit que le moteur peut émettre, car certaines fréquences ont été supprimées… »

Le moteur 059/3 succède donc au moteur 056, le V8 qui a été utilisé jusqu’à cette année (Ciao V8, Ciao F138). Le 057 a en effet été conçu en 2007 avant que la FIA décide de geler le développement des moteurs. Quant au projet suivant, le 058, il s’agissait d’un moteur à quatre cylindres qui était destiné à la F1 avant que la FIA change son fusil d’épaule et décide d’introduire le V6 en 2014. Donc bienvenue au Ferrari 059/3.

« Pour moi, le règlement est assez clair, mais ce qui est tout aussi clair, c’est que tout le monde est au travail pour trouver les limites, » déclare James Allison, le directeur technique de Ferrari.

L’un des domaines dans lequel les équipes pourront progresser à l’avenir se situe au niveau du deuxième moteur électrique, celui qui est relié au turbo et dont la puissance n’est pas déterminée. « Les équipes vont essayer de récupérer le plus d’énergie possible ou de déplacer le turbo, » explique Marmorini.

Sigalons encore que Luca Marmorini a officialisé la nomination de Mattia Binotto au poste de vice-directeur du département moteur de Ferrari et responsable de l’électronique.

Luca Marmorini a aussi dévoilé les noms des collègues qui ont permis au moteur 059/3 d’être présenté aujourd’hui : Guido De Paola est le responsable de l’équipe qui a conçu le moteur, Daniele Zecchetti s’est occupé du turbo, Thierry Baritaud était le responsable de la mise au point des systèmes hybrides (ERS et KERS), Enrico Gualtieri a travaillé sur la fiabilité, David Salters sur les différentes expérimentations et Stefano Rovera a supervisé l’électronique.

Ce que l’on savait fin septembre 2013 :

Petit rappel des informations et explication sur l’architecture du moteur V6 Power Unit Ferrari, ci dessous, publié initialement le 28 septembre :
La présentation à Maranello de décembre 2013, ci-après.

Moteur V6 – Power Unit – Ferrari 2014

La Formule 1 a toujours été et reste l’expression de valeurs fondamentales de Ferrari, mais également un véritable centre de recherche technologique. « Il faut toujours garder à l’esprit que les idées et solutions explorées peuvent être transférées des voitures de course (conçues dans le respect de réglementations de plus en plus strictes et fabriquées sur mesure pour les pilotes) aux plus belles routières du monde. La formule Ferrari est une plate-forme qui permet d’étudier trois thèmes : l’introduction de la technologie hybride, l’évolution de la consommation de carburant au cours des 10 dernières années et l’impact de la simulation sur le développement aérodynamique. »

« En 2014, l’introduction d’un V6 de 1600 ch pouvant atteindre 15 000 tr/min, avec injection directe, e-turbo et KERS, sera une véritable révolution dans le monde de la Formule 1. L’élément « hybride » proviendra donc de la combinaison d’énergie thermique issue de la turbine et d’énergie cinétique, dérivée du désormais classique système KERS. Les réglementations exigent un débit de carburant maximum de 100 kg/h et une quantité maximum de 100 kg de carburant par course. Par ailleurs, l’extension de la durée de vie des moteurs pour chaque pilote autorise uniquement 5 moteurs par an contre 8 actuellement, et la limite devrait passer à 4 par la suite. »

Le système « hybride » sera constitué d’un moteur pour la récupération d’énergie cinétique (MGUK) et d’un autre pour l’énergie thermique (MGUH), tous deux liés à un bloc-batterie d’un côté et à un moteur de l’autre.

La puissance maximum utilisable sur un tour que le MGUK peut générer sera limitée à 120 kW pour une énergie totale de 4 MJ, soit deux fois la puissance actuelle et dix fois l’énergie globale actuelle. La puissance qui pourra être stockée correspondra quant à elle à la moitié de ces valeurs. En revanche, la quantité d’énergie utilisable produite par le MGUH sera illimitée. Cela signifie que si jusqu’à présent le système KERS peut faire la différence grâce à son efficacité, à l’avenir il sera non seulement efficace, mais il pourra également atteindre des performances exceptionnelles. En ce qui concerne les temps au tour, la nouvelle technologie devrait permettre de gagner environ 3 secondes tandis que la puissance maximale sera similaire aux niveaux actuels (environ 750 ch.)

L’architecture du groupe motopropulseur de 2014

Schéma Power Unit Ferrari

Schéma Power Unit Ferrari

Luca Marmorini, le responsable du département moteur de l’écurie au cheval cabré nous donne un aperçu de l’évolution des moteurs et desenjeux pour la saison à venir :

« Il n’y a aucun aspect de ce nouveau projet, qui n’est pas considéré comme critique. C’est difficile dans tous les domaines », a déclaré Marmorini. « Le turbocompresseur est par exemple un type complètement nouveau, il ne tourne qu’à 25 000 tours par minute. De même, les systèmes électroniques complexes et les systèmes de contrôle ont bénéficié d’une grande amélioration, à travers laquelle la gestion du moteur est un défi difficile à relever »

Alors que les moteurs actuels sont entièrement développés et donc fiable, Marmorini s’attend, l’année prochaine à devoir résoudre des problèmes de fiabilités, au moins au début : «Nous avons dû développer le groupe motopropulseur dans un court laps de temps, ce qui va rendre la fiabilité comme un facteur clé dans le début de la mise en service. »

« Dans la plupart des cas, le turbo doit être monté au centre de la partie arrière du moteur et donc proche de l’électronique. Où les températures peuvent atteindre 1000 ° Celsius. Nous devons nous familiariser avec ces températures, c’est l’un de nos principaux domaines de travail»

« La puissance du moteur sera similaire à celle d’aujourd’hui. Un moteur actuel de la Formule 1 produit environ 750 chevaux, on y ajoute 80 ch à travers le KERS. L’année prochaine, le moteur fera 600-650 ch et 160 ch sont à ajouter avec les ERS. additionnant ces chiffres, on arrive à des valeurs similaires », explique Marmorini.

Contrairement aux moteurs actuels, les unités de l’année prochaine ont deux systèmes de récupération d’énergie (KERS et HERS), qui transforment à la fois l’énergie cinétique et thermique.

Système : KERS + HERS = ERS (160 ch pendant 50 à 60 secondes)

Composants de l’ERS : ES (Energy store) + MGUH + MGUK + MGU

Le développement du moteur 2014 est déjà bien avancé chez Ferrari.

« Vers la fin de l’année dernière, le premier prototype était en test sur le banc d’essai. Actuellement, nous travaillons sur le moteur qui sera implanté dans les monoplaces. Mais ce n’est que lors de la première course l’année prochaine, où nous pourrons être sûrs que nous avons fait du bon travail. »

« Vu que dans seulement six mois, la saison 2014 débutera, on peut dire que la base pour le bloc (…) est maintenant fixée, » déclare Luca Marmorini, le responsable du département moteur et électronique chez Ferrari.

« Nous avons travaillé sur le nouveau moteur depuis longtemps et nous sommes dans les dernières étapes de sa définition avec seulement les petits détails à résoudre. »

Au sein de l’équipe italienne, on pense que la fiabilité des nouveaux blocs s’avèrera être décisive, d’autant que les pilotes n’auront alors plus le droit qu’à l’utilisation d’un total de cinq moteurs dans l’année.

« Celui qui peut gérer le moteur de la bonne manière et être fiable aura de bons résultats. Mais il sera difficile de disputer la saison sans problèmes. Nous parlons d’environ quatre à cinq mille kilomètres par moteur, ce qui est presque le double de ce que nous faisons actuellement. »

« Je dirais que nous sommes satisfaits de la façon dont ça se passe et que nous sommes dans les temps, » indique Marmorini. « Nous pouvons seulement espérer que nous marche bien quand il sera tant de débuter le championnat avec lui. »

NDLA Initialement publié le 28 septembre 2013. Reprise de l’actualité de fin décembre 2013 :

La présentation à Maranello – décembre 2013

Marmorini appelé sur scène avec lui ceux qui avait coordonné les différents domaines du projet : Mattia Binotto (deputy head of engines and electronics,) Enrico Gualtieri (engine reliability,) Guido Di Paola (engine design,) Dave Salters (testing,) Daniele Zecchetti (advanced systems development,) Stefano Lovera (electronics) et Thierry Baritaud. Grâce à eux , Marmorini a tenu à remercier tout le personnel pour leurs efforts sur la 059 / 3 , mais surtout de les inciter à donner leur maximum pour ce qu’il est à venir dans un avenir proche : l’aventure de la nouvelle motorisation vient seulement commencé.

La présentation, dans la zone logistique du constructeur, a débuté avec un regard vers le passé, à travers des photos, des moteurs et des voitures les plus importantes de plus de soixante ans de Formule 1 de l’histoire de la Scuderia, avant de présenter la F138, la monoplace F1 2013 de Ferrari et la Corsa Indianapolis, la monoplace qui a été produite en 1953 à participer à l’Indianapolis 500 Miles, afin de mêler le passer et le présent pour ouvrir la voie sur le futur.

Discutons de l’avenir de la Formule 1, à Maranello

Maranello, 20 Décembre 2013, dîner – Le Noël est aussi le temps de regarder vers l’avenir, non seulement pour la Scuderia , mais pour la Formule 1 dans son ensemble, surtout pour aller en 2014, une année de changement majeur en termes de réglementation.

« Il y aura beaucoup de changements, dont certains fortement soutenu par nous, comme le retour, même partiel pour le moment, de tests, »

a déclaré Luca di Montezemolo. La conception de la nouvelle motorisation était très exigeant, mais c’est vraiment fascinant. Il est essentiel que les facteurs qui font la différence sont rééquilibrés : il est impossible pour la Formule 1 de continuer avec l’aérodynamique comptant pour 90 % de l’histoire. L’année prochaine, la fiabilité et la capacité des pilotes à gérer la course d’une manière très différente du passé seront indispensables.

Montezemolo a exprimé certaines préoccupations :

« Je pense que les courses seront encore plus difficiles à suivre par rapport à ce qu’ils ont été dans le passé. Cela m’inquiète que l’on peut voir dans certaines parties de la course , que les pilotes vont sembler plus comme les chauffeurs de taxi que les coureurs , avec tout le respect dû à ce rôle. Qu’est-ce qui se passe sur la piste devra être bien expliqué si nous ne sommes pas courir le risque de voir le nombre de spectateurs diminue encore , à la fois dans les tribunes et en face de la télévision . Tout cela est une bonne chose pour la Formule 1 ? Je ne sais pas. Nous allons voir comment il va , mais il est important d’avoir un peu d’air frais. »

Parmi les changements à l’horizon 2014 est l’attribution des points doubles pour la dernière course de la saison , le Grand Prix d’Abu Dhabi. Montezemolo a été très direct dans son avis de :

« Je ne peux pas dire que j’aime beaucoup cette idée car il semble assez artificielle et pas très sportif . Je pense que le moment est venu de tous assis autour de la table avec les autres équipes pour discuter de l’approche globale de la Formule 1 et, dans cet esprit, je souhaite organiser une réunion dans la seconde moitié de Janvier, ici à Maranello. Je veux parler de manière constructive , sans parler de quoi que ce soit à voir avec la compétitivité, mais de faire des propositions de manière transparente, sans aucune vertu des accords de la table. Il devrait y avoir plus de dialogue entre les équipes quand il s’agit de discuter des problèmes qui touchent la Formule 1. »

L’un des sujets inscrits à l’ordre du jour d’aujourd’hui, c’est les coûts.

« Nous sommes en faveur d’un plan de trois ans pour réduire les coûts , qui devraient être atteints d’une manière progressive , en tenant compte des caractéristiques de chaque équipe, » a déclaré le président de Ferrari. « Le thème de la troisième voiture est de retour dans les nouvelles : par exemple, nous savons qu’il y a une équipe américaine qui serait prêt à venir en Formule 1 si elle pouvait utiliser une de nos voitures. Sur ce sujet , nous ne pouvons pas ne pas tenir compte des Etats-Unis en pensant à l’avenir , tout comme nous ne pouvons pas penser à faire sans certains des courses historiques. »

Entre les pâtes et la viande de porc, il a également été question de deux hommes qui disposent de la the Formula One Management Christmas Card, vu symboliquement, réunis par Montezemolo.

« Je m’attends, maintenant qu’il connaît bien le fonctionnement de la Fédération, dans son second mandat, Todt va pousser pour sa modernisation, car il y a un besoin d’innovation, même dans ce secteur », a déclaré Montezemolo. « Je parle avec Bernie Ecclestone souvent : tant qu’il est là, il y aura toujours un certain type de gestion, mais quand, tôt ou tard, son heure viendra à une fin, la structure aura également changer. Il ne sera plus un numéro un , mais plus d’une structure avec quelqu’un au sommet de remplir le rôle similaire à celui d’un directeur général de la société. Il est vrai que nous avons maintenant un engagement à la fin de 2020 , mais nous sommes déjà à la veille de 2014, donc il n’y a pas beaucoup de temps… »

NDLA : Propos que j’ai traduis, provenant de « A look ahead to the future of Formula 1″ site officiel Scuderia Ferrari. (en/it)

Source et images :
Scuderia Ferrari

Scuderia Ferrari site officiel : Presentation of the new Ferrari power unit (en)

The following two tabs change content below.

Ewen LJ

Team Principal - Fondateur du concept-site superblog DESIGNMOTEUR. Web designer, entrepreneur, passionné par le web, la photographie entre autres et les voitures... depuis toujours soit depuis +25 ans. Depuis octobre 2012, J’écris quelques mots en tant que passionné de l’automobile, de la moto et des sports mécaniques, en axant mes sujets sur le design automobile, la motorisation du véhicule, la communication visuelle des constructeurs, le marketing de la marque, sur l'Économie de l'industrie automobile et sur d'autres thèmes tels que la Mode, l'Art, le Cinéma, le Jeu Vidéo et ses relations avec l'Automobile.

Quelques questions à propos du site pour connaitre vos avis :

Sondage DM été 2016


Comments are closed.