Vous êtes ici : DESIGNMOTEUR » Auto » Opel GT Concept : un coupé sportif Experimental, deux places, trois cylindres 1.0L

Opel GT Concept : un coupé sportif Experimental, deux places, trois cylindres 1.0L


Il était une fois, In Real Life, Opel GT, une étude de style de 1965, et une étude de style de 2015. A quelques mois du Salon international de l’automobile, à Genève, qui débute dès le 3 mars 2016, c’est Opel qui présente son concept à la fois hommage au passé, et tellement futuriste. Profitons-en pour découvrir ces Opel GT et l’histoire du constructeur Opel. L’automobile Opel GT est une voiture de sport coupé deux places produite par Opel, en 1968. Sa ligne rappelle la Corvette de la même année. Son design implique de célèbres stylistes de GM, comme Clare McKichan (connu pour ses Chevy des années 1950) et Chuck Jordan (connu pour beaucoup de véhicules, notamment la Camaro des années 1960, la Corvair Monza et la Corvette StingRay). Et si vous vous souvenez, on a présenté les aventures business et histoire d’entrepreneur du constructeur Buick, à l’origine de General Motors. Puis, on a raconté comment Chevrolet & GM sont devenu Chevrolet & GM. A un moment, on a vu que GM avait racheté Opel. C’est donc le moment, en écho à la présentation de l’Opel GT, de raconter une histoire, notre histoire.

Histoire de constructeur – Opel & GM

Buick Avista concept ravive la perf’ et marque origine de General Motors à Detroit au NAIAS 2016

Chevrolet Bolt EV : the electric automotive ! Moteur 60 kWh by LG Electronics. GM is back!

Adam Opel

Adam Opel fils d’un ferronnier allemand de Rüsselsheim, près de Francfort-sur-le-Main. Durant l’été 1858, à Paris, il eut l’idée de fabriquer des machines à coudre, toute nouvelle invention du français Barthélemy Thimonnier. (Les machines à coudre de marque Thimonnier continueront à être produites et commercialisées en France jusqu’au XXe siècle)

Revenu en Allemagne, il construisit, à vingt-cinq ans, sa première machine à coudre à la main, dans l’atelier de son père. Cependant, les possibilités de production sont insuffisantes dans l’atelier paternel, où il ne fabriqua en tout que cinq machines.

En 1863, Adam Opel transforma en usine une grange abandonnée appartenant à son oncle.

En 1868, les affaires marchent bien. Près de la gare de Rüsselsheim, Adam Opel se porte acquéreur d’une parcelle de 1 500 m². Il y construisit un bâtiment de deux étages avec une partie habitation adjacente. La nouvelle usine de machines à coudre s’enorgueillit rapidement d’un effectif de vingt-cinq personnes.

Augmenter la production signifie songer à un réseau de distribution. Avec son frère Wilhelm, Adam Opel installa la première succursale en Allemagne, dans la métropole économique de Francfort en 1873. Les exportations vers l’ouest démarrent, principalement vers la France, et peu après, vers la Russie, les États-Unis et l’Inde. Petit à petit la production en grande série s’installe, grâce à des procédés de fabrication très mécanisés.

Quatrième des cinq fils d’Adam Opel, Friedrich Franz Opel, dit Fritz Opel, né en avril 1875 à Rüsselsheim, fait des études entre 1894 et 1897 à l’école supérieure de sciences appliquées de Mittweida dans le domaine de la mécanique, puis il entre directement au conseil d’administration d’Adam Opel AG.

En 1882, la société Opel continua à se développer. Par deux fois au cours des années 1880, l’usine subit des agrandissements importants. Un moteur à vapeur de quarante chevaux est installé. En 1884, l’effectif atteignait 240 personnes.

En 1886, la diversification intervient avec la fabrication de bicyclettes.

Adam Opel, malade gravement, décède a 58 ans. Par après, sa femme Sophie poursuivit son entreprise, aidée des frères aînés, Carl et Wilhelm.

L’entreprise Opel emploie alors 1 500 personnes, mais le secteur doit faire face à la crise ; la concurrence est rude, les prix chutent, et les ventes aussi. Il faut diversifier la production. En 1899, le nouveau créneau devient l’automobile.

Opel Patent Motor Car

Opel achète licence de production et usine à Friedrich Lutzman, maître serrurier de la cour, et démarre la production d’automobiles avec la Opel Patent Motor Car, System Lutzmann. Fritz Opel et son frère Wilhelm ont procédé au rachat, et gèrent de concert les toutes nouvelles lignes de montage. L’usine est transférée à Rüsselsheim.

« Opel Patent Motor Car, System Lutzmann » est le nom donné à la première automobile Opel. Elle marque le début de la production à Rüsselsheim, et sert de base à la conception des premiers véhicules utilitaires. Au cours de l’année, l’entreprise fait ses premiers pas sur le marché international des sports automobiles.

En 1901, Opel commence à produire des motocyclettes. Parallèlement, des améliorations sont apportées à la production d’automobiles : un contrat avec le pionnier de l’automobile française, Alexandre Darracq, scelle la première aventure internationale de la société.

En mars 1901, Opel remporte sa première victoire en sport automobile grâce à Heinrich von Opel dans la course de côte de Königsstuhl.

En 1907, dans un véhicule spécialement conçu de 60 ch, Carl Jörns, pilote d’essai Opel et pilote de voitures de course de l’entreprise, remporte la course du Prix de l’Empereur, qui se déroule dans la région de Taunus. Opel reçoit le Prix de l’Empereur, décerné à la meilleure voiture allemande et devient le fournisseur de la Cour impériale.

En 1911, un grave incendie détruisit la partie ancienne du complexe industriel. De nouveaux bâtiments destinés à la production des automobiles et des bicyclettes sont édifiés à l’emplacement de l’usine détruite. La fabrication des machines à coudre est arrêtée après la production d’un million d’unités.

Se basant sur l’expérience acquise lors du grand incendie de 1911, les ingénieurs de Rüsselheim développent la « pompe à incendie motorisée » pour la brigade incendie de l’usine. Cette première pompe à incendie est commercialisée avec succès.

Une voiture de course est mise au point d’après la technologie de motorisation qui a permis le triomphe de la marque au Grand Prix de 1913. Ce véhicule de pointe, qui bat tous les records, est l’un des premiers à être équipé de la technologie quatre soupapes, avec une cylindrée de 12,3 litres. Opel devient le plus grand constructeur automobile allemand.

En 1914, avec une production annuelle de 3 335 véhicules, Opel devient le numéro un de l’automobile allemande. Jamais la gamme n’a été aussi complète ; elle comprend dix-neuf berlines et quatre voitures de sport.

Le 4 août 1914, la guerre éclate, et Opel licencie les milliers d’ouvriers employés au montage des voitures et des bicyclettes. En 1916, pendant la guerre, Opel passe du statut de plus grand constructeur de voitures de grande série à celui de plus grand constructeur de véhicules utilitaires allemand. Toutefois, le développement des voitures particulières se poursuit.

Le circuit de course Opel, situé au sud de Rüsselheim, est inauguré en 1919. Le circuit ovale aux virages inclinés, en béton, est le premier circuit permanent de course et d’essais en Allemagne. Il a été construit bien avant d’autres circuits de course connus tels que l’AVUS de Berlin et celui du Nürburgring.

En 1921, Opel conçoit un moteur huit cylindres qui fait ses preuves dans de nombreuses courses, notamment à l’occasion de la course Eiffel de 1922. Fritz von Opel remporte la première course automobile sur le circuit de l’AVUS à Berlin, dans la catégorie « puissance fiscale 8 ch » de l’époque.

En 1924, Opel investit un million de marks or, dans la modernisation de sa production automobile et devient le premier constructeur allemand à passer à la production à grande échelle grâce à l’introduction de la construction à la chaîne. Cela ouvre la voie à la production en très grande série.

En 1926, de nouvelles méthodes de production sont introduites. À partir de 1925, les châssis en acier remplacent peu à peu ceux en bois. Des presses hydrauliques réalisent les panneaux de carrosserie en quelques secondes. Grâce à la toute nouvelle technique de soudure par points, des ouvriers spécialisés raccordent les panneaux de carrosserie. Les techniques de mise en peinture sont également révolutionnaires. Les peintures peuvent être appliquées au pistolet et sèchent en quelques secondes.

En 1928, en maîtrisant près 37,5 % du marché, Opel est le premier constructeur d’Allemagne. Les quelque 8 000 employés fabriquent 42 771 voitures par an. Opel est de loin le plus grand constructeur automobile allemand. Préparant une alliance avec General Motors, l’entreprise devient cotée en bourse.

Opel & General Motors

En 1929, au cœur de la Grande Dépression, lors de la crise économique de 1929, les frères Opel décident de céder 80 % de leurs actions Opel à General Motors. Ainsi GM devient actionnaire majoritaire. Un an plus tard, GM acquiert les 20 % restants. Après la dépression, les affaires commencent à reprendre.

En 1939, Opel est l’un des constructeurs le plus important et le plus moderne d’Europe.

L’usine Opel de Brandenbourg changea ses activités pour produire des camions (Opel Blitz) pour la Wehrmacht, tandis que celle de Russelsheim travailla pour la Luftwaffe, en assemblant des avions type chasseur-bombardier.

En 1944, les usines de Rüsselsheim et de Brandebourg sont détruites. Environ la moitié des lignes de production et des bureaux ont été réduits à l’état de ruines lors des attaques des bombardiers alliés. Immédiatement après la guerre, les anciens employés d’Opel commencent à reconstruire l’usine de Rüsselsheim. La production reprend en 1946.

En avril 1966, un nouveau centre d’essais Opel ouvre à Dudenhofen (Hesse). Une nouvelle usine de fabrication de composants est ouverte à Kaiserslautern (Rhénanie-Palatinat), c’est la troisième implantation d’Opel en Allemagne.

Sous l’impulsion de la maison mère Général Motors, la marque au Blitz développe une politique de gamme sportive : Coupés Kadett, sont prévus, ainsi qu’un projet de petit coupé sport : l’Opel GT.

Elève du designer en chef de General Motors, Bill Mitchell, Clare McKigan est dépêché chez Opel en 1962 pour élaborer un prototype de salon destiné à promouvoir la nouvelle image d’Opel. Chuck Jordan, aussi connu pour être l’auteur de la Chevrolet Bel Air 57, la Chevrolet Camaro, et l’Opel Manta, est également affecté à ce projet.

Opel Experimental GT

L’Opel GT est une voiture de sport coupé deux places produite par Opel, en 1968. Sa ligne rappelle incontestablement la Corvette de la même année. Son design implique de célèbres stylistes de GM, comme Clare McKichan (connu pour ses Chevy des années 1950) et Chuck Jordan (connu pour beaucoup de véhicules, notamment la Camaro des années 1960, la Corvair Monza et la Corvette StingRay).

Le centre de style Opel réalise donc un premier prototype pour le salon de Francfort 1965, présenté sous le nom de « Experimental GT ». Il s’agit d’un châssis de Kadett doté d’un 1,9l de 90ch et d’une carrosserie qualifiée de « Coca Cola », en référence aux formes de la bouteille de cette fameuse boisson gazeuse, elle-même inspirée des courbes féminines.

Opel Experimental GT - 1965 - avant / front - Image - GM Company.

Opel Experimental GT – 1965 – avant / front – Image – GM Company.

Opel Experimental GT - 1965 - arrière / rear - Image - GM Company.

Opel Experimental GT – 1965 – arrière / rear – Image – GM Company.

Le prototype enthousiasme les concessionnaires et les visiteurs à Franckfurt, mais Opel n’est pas encore décidé à lancer la production. Il faudra attendre une étude de marché trés favorable et l’aval du département technique pour utiliser le châssis de la Kadett, pour que la firme donne finalement son feu fert.

Opel Experimental GT - 1965 - Frankfurt motor show - Image GM Company.

Opel Experimental GT – 1965 – Frankfurt motor show – Image GM Company.

En trois ans, les ingénieurs mettent au point le petit coupé baptisé tout simplement « Opel GT ». Deux prototypes seront confrontés afin de tester les conséquences du positionnement du moteur. Les prototypes furent testé sur le Nürburgring par Hans Hermann, pilote chez Porsche, et il fut alors décidé de reculer l’implantation du moteur de 40 cm sur le châssis pour qu’il soit plus en phase avec le comportement sportif recherché.

En Septembre 1968, le modèle est lancé en deux versions : 1,1l avec 60ch et 1,9l avec 90ch. L’Opel GT arbore une carrosserie respectant dans les grandes lignes celle du prototype. Au Salon de Francfort, une véritable marée humaine se presse sur le stand Opel pour admirer le nouveau coupé aux lignes basses et sensuelles, comme sculptées par le vent.

Ce coupé réalisé à partir d’une base de Kadett était, c’est vrai, beau à couper le souffle. Avec son museau allongé, son capot à bossage, ses portières autoclaves, ses phares escamotables.

Le choix des phares escamotables tient lui aussi à une raison plus technique qu’esthétique. Cette solution permettait d’obtenir la hauteur minimum légale imposée aux USA tout en ayant un capot très bas et plongeant, favorable à l’aérodynamique. La norme américaine imposait par ailleurs une mise en action en 3 secondes maximum. Clang ! Dans un bruit de tôle non feutré, le système de basculement mécanique pivote les deux projecteurs en une fraction de seconde sur un axe horizontal. Le principe, qui sera appliqué sur la supercar Jaguar XJ220 se substitua au basculement vertical du prototype d’origine, utilisé sur la plupart des grandes GT à feux escamotables, tel que Ferrari Testarossa, Porsche 928.

Le travail aérodynamique réalisé en soufflerie sur l’Opel GT a permis d’obtenir une ligne à la fois équilibrée et dynamique tout en préservant une habitabilité et un coffre décents.

Opel GT - 1968 - avant / front - Image - GM Company.

Opel GT – 1968 – avant / front – Image – GM Company.

Opel GT - 1968 - arrière / rear - Image - GM Company.

Opel GT – 1968 – arrière / rear – Image – GM Company.

Fabriquée en France, l’Opel GT doit sa robe d’acier au carrossier CHAUSSON, les contrôles, la peinture, le garnissage intérieur et la sellerie étant quant à eux sous-traités chez BRISSEAUNNEAU & LOTZ qui avait déjà fait preuve de son talent.

Les usines de Rüsselsheim ne pouvait en effet pas satisfaire la forte demande, notamment des Etats-Unis qui absorbaient 70% de la production. Ensuite, les coupés GT étaient expédiées par chemin de fer aux usines Opel en Allemagne de l’ouest, où elles recevaient la totalité des éléments mécaniques.

La GT est équipée d’un châssis monocoque métallique et d’un moteur longitudinal avant, avec transmission aux roues arrières. Le moteur à arbre à cames en tête est monté très en arrière du châssis, pour améliorer la répartition de poids. Elle est équipée d’un système de freinage assisté, à disques à l’avant et à tambours à l’arrière.

L’Opel GT est, au départ, équipée d’un moteur 4-cylindres en ligne d’une cylindrée de 1 100 cm3, à soupapes en tête, développant 60 ch à 6 000 tr/min.

L’Opel GT fait son entrée sur scène. Son slogan publicitaire « Seul voler pourrait procurer plus de sensations » rentre dans le langage courant. La production de l’Opel GT s’étale entre 1968 et 1973.

En février 2002, Opel inaugure officiellement sa nouvelle usine de Rüsselsheim et rénove son image de marque. La charte graphique est modernisée. La marque met en avant un nouveau slogan : « Opel. Des idées fraîches pour de meilleures voitures ».

Opel GT – 2007-2009

En 2006, GM Europe ouvre un nouveau centre de design européen à Rüsselsheim. 34 ans après l’arrêt de la fabrication de la GT, Opel lance un nouveau modèle (millésime 2007). La nouvelle GT adopte un positionnement inédit, avec sa carrosserie de cabriolet, son tempérament de propulsion et son 4-cylindres turbo. Les lignes de la dernière Opel GT sont entièrement reprises de la Saturn Sky, dessinée dans les bureaux de General Motors, à Détroit, aux États-Unis, et à Rüsselsheim, en Allemagne.

Opel opte pour sa GT un 4-cylindres essence, en ligne, à injection directe et turbocompresseur à double entrée plus une distribution variable sur l’admission et l’échappement. La motorisation du 2,0 L turbo développe 265 ch, avec un couple maxi de 350 Nm, disponible dès 2 500 tr/min.

En 2009, suite aux difficultés financières du groupe américain GM à Detroit, la production de l’Opel GT est définitivement arrêtée et l’usine américaine de Wilmington qui la produisait est rachetée…

Ellipse narrative à propos GM raconté là : Chevrolet Bolt EV : the electric automotive ! Moteur 60 kWh by LG Electronics. GM is back!


Le 23 juillet 2014, Opel annonce l’ouverture d’un nouveau centre de recherche à Rüsselsheim sur les moteurs de demain.

Design Opel 50 Years of Innovation - Image - GM Company.

Design Opel 50 Years of Innovation – Image – GM Company.


Opel GT Concept

En 2016, une première vidéo publié le 15 janvier présente Karl-Thomas Neumann, l’actuel CEO chez Opel. On y voit le regard de l’avenir d’Opel.

#OpelGT Concept: Take a new look at Opel!

Dans une deuxième vidéo du 21 janvier, le concept GT montre l’échappement double en position centrale relié par un logo « GT », référence au concept Opel Experimental GT présenté dans les années 1960, préfigurant la GT originelle de 1968. On découvre aussi des pneus rouges, comme ceux vus sur une motocyclette, l’Opel Motoclub 500 de 1928.

Opel is reinventing itself! #OpelGT Concept.


More than just a sports car. A look at the innovative design from Opel. Find out more now… Be there when Opel’s CEO Karl-Thomas Neumann reveals the world premiere of the #OpelGT Concept at the Geneva International Motor Show from March 3rd until March 13th.

Ce concept Orel GT annonce le futur design des modèles Opel, avec une face avant inspirée du concept car Monza, vu en 2013.

Ce n’est pas si surprenant que le patron se met en scène, au regard de ceci : Karl-Thomas Neumann est le premier CEO d’un constructeur automobile européen à utiliser Twitter pour partager des informations sur la société.

« Karl-Thomas Neumann est l’un des rares chefs d’entreprises allemands à se servir des avantages de Twitter pour la communication externe. Son compte et ses tweets sont authentiques, à jour et parfaitement adaptés à une marque de voiture innovante. Des études internationales montrent que cela a une influence positive sur l’image de l’entreprise et améliore également l’identification des employés à la société. Chez Twitter, nous tenons à féliciter M. Neumann d’avoir atteint la barre des 10.000 followers. » - Thomas de Buhr, Managing Director de Twitter Deutschland

Le design du Opel GT Concept

L’Opel GT Concept sera présenté en Première Mondiale au 86ème Salon International de l’automobile de Genève, du 3 au 13 mars 2016. Ce bolide futuriste exprime la puissance innovatrice toujours renouvelée d’Opel – avec une ligne très pure, réduite à l’essentiel, la passion à l’état pur.

Authentique coupé sportif, propulsion à moteur central avant, il descend en droite ligne de l’Opel GT et du Monza Concept. Il annonce la nouvelle évolution du design d’Opel. Les lignes de ce coupé évoquent l’avant-garde mais restent sobres, renonçant à tout ce qui aurait pu perturber leur pureté.

Le GT Concept n’a pas de poignées de porte, pas plus que de rétroviseurs extérieurs ou d’essuie-glaces.

« Avec l’Opel GT Concept, nous allons vers encore plus d’émotion et de plaisir de conduite. Le GT Concept correspond à ce qu’est Opel aujourd’hui. Nous sommes confiants, ambitieux, novateurs et nous voulons conquérir plus de clients avec chaque nouveauté » - Karl-Thomas Neumann, CEO Opel Group

Le GT Concept dans la lignée de l’Opel Experimental GT

L’Opel GT Concept présenté au Salon Automobile de Genève se place dans la lignée du fameux Experimental GT. En 1965, un an seulement après la création du premier studio de design par un constructeur automobile européen, Opel dévoilait au Salon de Francfort ce coupé élégant et expressif, reposant sur la base technique éprouvée de la Kadett B. (Comme on l’a vu plus haut dans la partie évoqiant le design et moteur de l’Opel GT de 1968)

La voiture était remarquable à plusieurs titres : en premier lieu, parce que c’était le premier concept-car jamais présenté par un constructeur européen. Mais aussi parce que l’Experimental GT se distinguait par ses innovations techniques, comme ses projecteurs escamotables. Et puis, il affichait une ligne épurée aux proportions parfaites, sans ornements superflus. Le prototype sans concession né sous le crayon d’Erhard Schnell avait une unique vocation : affirmer la force du design. La réaction du public fut tellement enthousiaste que trois ans plus tard, l’Opel GT de série était chez les concessionnaires. Le reste est bien connu : la voiture fut un succès et est devenue mythique.

Le GT Concept illustre une fois de plus l’esprit pionnier d’Opel. Un engin de route dont le dynamisme se perçoit déjà dans la signature rouge qui fractionne horizontalement la carrosserie et structure ses formes. Les pneus avant rouges rappellent la moto Opel 500 Motoclub. L’engin était déjà à l’avant-garde à son époque, et se parait de deux pneus rouges en 1928.

En dehors de cela, le GT Concept n’a pas beaucoup de rapports avec le passé. Le long capot, l’absence de coffre, l’échappement double en position centrale et bien sûr, le nom, tout évoque l’Experimental GT des origines. Sauf que l’Opel GT Concept a sa propre personnalité, et ne verse aucunement dans le design rétro.

L’Opel GT Conceot repose sur de grandes roues en alu de 18 pouces de diamètre chaussées de pneumatiques Hankook, de couleur rouge à l’avant, et noir à l’arrière, en 225/40 R18.

Le design extérieur du Opel GT Concept

« Nous avons créé le GT Concept pour matérialiser le côté audacieux et émotionnel de la marque Opel. Le concept est spectaculaire, sculptural et plein d’innovations, dans la droite ligne d’une tradition que nous entendons bien poursuivre.


En 1965, Opel concevait l’Experimental GT, un véhicule résolument moderne qui revendiquait également une ligne d’une grande pureté. Il est certes difficile de réinventer une icône, mais tout comme l’Experimental GT se plaçait à l’avant-garde de son époque, ce GT Concept est à l’avant-garde de la sienne aujourd’hui : d’une pureté absolue, minimaliste, mais audacieuse et sans concessions. Ce coupé est l’illustration spectaculaire de l’évolution permanente de notre philosophie de design – rencontre de l’art et de la précision allemande » - Mark Adams, Vice President Design Europe

L’Opel GT Concept dispose d’une autre particularité remarquable : ses projecteurs avec clignotants intégrés. Grâce à une technologie de projection ultramoderne, ils s’illuminent en trois dimensions. La nouvelle génération de feux adaptatifs tout LED est évidemment le complément idéal de cette technologie. L’éclairage matriciel Opel IntelliLux LED, qui permet de rouler toujours en feux de route sans éblouir les autres conducteurs, a été inauguré par la nouvelle Astra en 2015. L’Opel GT Concept dispose d’une nouvelle évolution de cet éclairage intelligent. Le système d’éclairage est complété par des feux arrière en trois dimensions, qui permettent au nouveau GT de se distinguer également de nuit.

Opel GT Concept 2016 avant / front - Image - GM Company.

Opel GT Concept 2016 avant / front – Image – GM Company.

Les petites optiques encadrent la calandre orné par des ailes chromées, au centre, l’emblème du logo Opel.

Opel GT Concept 2016 profil avant / front side-face - Image - GM Company.

Opel GT Concept 2016 profil avant / front side-face – Image – GM Company.

Opel GT Concept 2016 profil avant / side-face - Image - GM Company.

Opel GT Concept 2016 profil avant / side-face – Image – GM Company.

Opel GT Concept 2016 profil arrière / rear side-face - Image - GM Company.

Opel GT Concept 2016 profil arrière / rear side-face – Image – GM Company.

La partie arrière repose sur un large pare choc, intégrant deux sorties d’échappement et un discret diffuseur arrière.

Opel GT Concept 2016 arrière / rear - Image - GM Company.

Opel GT Concept 2016 arrière / rear – Image – GM Company.

Ce coupé sportif compact est pensé pour les villes. Deux caméras installées derrière les passages de roues permettent de surveiller les alentours pour rouler en ville. Elles transmettent leurs images à deux écrans implantés sur le côté gauche et droit de l’habitacle : ces caméras signent la fin de l’époque des rétroviseurs extérieurs et des angles morts. (coucou la tendance vue au CES 2016, avec BMW i8 Mirrorless par exemple)

Opel GT Concept 2016 toit avant / front top - Image - GM Company.

Opel GT Concept 2016 toit avant / front top – Image – GM Company.

Le pare-brise se fond dans un toit vitré panoramique permettant aux occupants de profiter d’une vue similaire à celle offerte par un système de toit amovible type Targa*.

*Targa top, targa for short, is a semi-convertible car body style with a removable roof section and a full width roll bar behind the seats. The term was first used on the 1966 Porsche 911 Targa, and it remains a registered trademark of Porsche AG.

A la fois extérieur et intérieur, c’est l’innovation majeure de l’Opel GT Concept : les grandes portes avec vitres latérales intégrées. Elles assurent une transition invisible entre le verre et les surfaces peintes.

Opel GT Concept 2016 profil porte ouverte / open door - Image - GM Company.

Opel GT Concept 2016 profil porte ouverte / open door – Image – GM Company.

Le conducteur et le passager avant ont accès à un habitacle étonnamment spacieux après avoir appuyé sur le pavé tactile commandant les portes électriques, ce dernier étant intégré dans la nervure rouge signant le pavillon.

Le design intérieur du Opel GT Concept

L’habitacle minimaliste est prévu pour deux passagers et présente deux sièges sport au dessin sobre. Le pilote a lui droit à un volant à trois branches.

Opel GT Concept 2016 intérieur / interior - zoom - Image - GM Company.

Opel GT Concept 2016 intérieur / interior – zoom – Image – GM Company.

Le moteur du Opel GT Concept

Opel annonce un véritable coupé sportif : moteur central avant, turbo et propulsion.

Le long capot suggère l’architecture retenue pour le GT Concept : tout comme le premier Opel GT et la mythique sportive US également signée GM, la Corvette, l’auto reçoit un moteur installé en position centrale avant.

Le centre de gravité du véhicule est donc placé bas et en position centrale : ce qui se révèle idéal quand on recherche une tenue de route de qualité et un comportement dynamique en virage. L’Opel GT Concept reçoit un puissant moteur trois cylindres 1,0 litre suralimenté, basé sur le moteur ultramoderne tout alu utilisé sur les autos Opel ADAM, Corsa et Astra. Son petit nom est 1.0 ECOTEC Direct Injection Turbo.

Opel - 1.0 ECOTEC Direct Injection Turbo - Image - GM Company.

Opel – 1.0 ECOTEC Direct Injection Turbo – Image – GM Company.

La puissance est envoyée sur l’essieu arrière par l’intermédiaire d’un différentiel à blocage mécanique et d’une boîte 6 vitesses séquentielle commandée par des palettes au volant. L’Opel GT Concept possède donc de traditionnelles roues arrière motrices animé par quelques 145 ch et 205 Nm de couple moteur. Les performances de ce coupé deux-places d’un poids inférieur à 1 000 kg sont : le 0 à 100 km/h en 8 secondes et vitesse maximale annoncée de 215 km/h.


A découvrir au Salon international de l’automobile, à Genève en mars prochain.


English summary :

Opel GT Concept to be revealed at Geneva 2016: Vauxhall’s sports car surprise

This is a new sports car concept from Vauxhall, and parent company Opel, called the GT Concept. And those red bits are there on purpose. Powered by a turbocharged three-cylinder engine and pointing towards a potential production model, the GT Concept will form the centrepiece of Vauxhall/Opel’s stand at the 2016 Geneva motor show on 3 March.

Vauxhall GT Concept at Geneva 2016: the design story

With classic long-bonnet, short-front-overhang sports car proportions, the GT Concept takes some of its inspiration from the 1966 Vauxhall XVR concept (below), shown at the Geneva motor show a neatly appropriate 50 years ago.

There are some cues from the 1965 Opel Experimental GT Concept displayed the year before, too. It also reminds us a little of the 1964 Pontiac Banshee concept, while we’re on the subject of kooky 1960s show cars…

The doorhandles and mirrors have been ruthlessly shaved off in pursuit of clean, minimal surfaces. Instead, cameras on the trailing edge of the wheelarches link to monitors on the left and right of the cabin and the electric-powered doors open via a touchpad on the roof. Their unusual mounts enable them to swing partially into the front arches, allowing a wider opening angle in tight spaces.

Clever tinting work makes the side windows appear to flow into the roof without a visible join between glass and painted surface. Likewise, the windscreen flows into a glass roof, bordered by some seriously bright red paintwork.

What are the bright red bits about? In Vauxhall’s words, the scarlet tyres and pillars ‘pay homage in an avant-garde way to the Motoclub 500, a futuristic Opel motorcycle from 1928 that wore red rubber.’ So there you go.

What makes the GT Concept go?

A front-mounted turbocharged engine powering the rear wheels via a sequential gearbox. Long bonnet or not, the engine beneath it is smaller than you might imagine: it’s a 1.0-litre triple that punches out 143bhp and 151lb ft.

This engine is a development of the same all-aluminium engine found in various derivatives of the Vauxhall Adam, Corsa and Astra. So it’s important to view the GT more as a compact MX-5 rival than an F-type-chasing grand tourer.

Mounted low and behind the front axle line, the lightweight engine helps keep the kerbweight below the 1000kg mark. Vauxhall projects a 0-62mph time below eight seconds and a top speed of 134mph.

This isn’t the first Opel GT, is it? Nope. the name was first applied to the pretty miniature coupe produced in the 1960s and ’70s (evolved from the ’65 concept the new car riffs on) and resurfaced on the left-hand-drive-only GT Roadster in 2007.

Opel/Vauxhall describes the GT Concept as a ‘template for future sports cars,’ so don’t rule out a potential production future for this latest GT-badged design. Do expect the proportions to become a little less dramatic, however. And we wouldn’t worry too much about the difficulties of finding replacement red tyres down at Kwik Fit, either…

English source texte via carmagazine.co.uk


Source et images :
GM, Opel

The following two tabs change content below.

Ewen LJ

Team Principal - Fondateur du concept-site superblog DESIGNMOTEUR. Web designer, entrepreneur, passionné par le web, la photographie entre autres et les voitures... depuis toujours soit depuis +25 ans. Depuis octobre 2012, J’écris quelques mots en tant que passionné de l’automobile, de la moto et des sports mécaniques, en axant mes sujets sur le design automobile, la motorisation du véhicule, la communication visuelle des constructeurs, le marketing de la marque, sur l'Économie de l'industrie automobile et sur d'autres thèmes tels que la Mode, l'Art, le Cinéma, le Jeu Vidéo et ses relations avec l'Automobile.

Quelques questions à propos du site pour connaitre vos avis :

Sondage DM été 2016


2 Commentaires

  1. jeanclaude27

    08/03/2016 à 21:08

    Cette voiture est magnifique
    Enfin une Opel GT digne de ce nom
    Je l’attendais depuis des décénies
    Il faut la produire cette auto, je veux etre l’un des premiers à l’acheter
    Cette voiture de doit pas rester à l’état de concept car mais dois etre mises en production

  2. En 1969 je possédais une OPEL GT 1900, magnifique a cette époque. J’en ai racheter une de 1972 par nostalgie que j’ai entièrement restaurée et que je prend un réel plaisir a piloter.Quand a ce nouveau concept de GT il est tout simplement magnifique
    voilà une belle ligne de carrosserie et de technologie et d’esthétique rare de nos jours, qui ferra mourir d’envie si elle est produite tout les amateurs de ce type de voiture.
    Bravo OPEL.

Comments are closed.